Révision de l’American Heritage Dictionary, 5ème édition | Review of The American Heritage Dictionary, 5th ed.

Ahd_2_french

Review of The American Heritage Dictionary, 5th ed.

Révision de l’American Heritage Dictionary, 5ème édition.

Révision de l’American Heritage Dictionary of the English Language
5ème éd., Houghton Mifflin Harcourt, Boston, New York. 2011
Isaac Mozeson, anciennement Publishers Weekly, Kirkus Reviews, SUNY

Un membre de notre équipe mondiale de la science de l’édénique m’a offert la 5ème édition large (2084 pages à double colonne) et belle de l’American Heritage Dictionary (2011). Notre équipe possède 40.000 mots anglais et d’autres modernes tracés au sémitique ancien, de sorte qu’il a été enthousiasmé par le nouvel indexe de racines sémitiques que nous admirons plus encore que les photos en couleur élaborées, la portée encyclopédique et le formatage exquis.

Les plusieurs centaines de racines sémitiques positionnent l’AHD dans une classe à part. Il s’agit d’une innovation impressionnante qui promet une amélioration depuis longtemps attendue de l’étymologie en ligne avec la preuve tangible scientifique de deux faits cruciaux que la majorité des linguistes historiques acceptent:

1) Tous les êtres humains avaient une espèce de langue proto-Terre étendue dans la préhistoire, que plus tard s’est séparée. Cette théorie est appelée la monogenèse de la langue. Tout simplement parce que le chinois, l’hébreu et les traditions mayas ont corroboré des légendes sur cette théorie ne le fait pas simplement légendaire.

2) Le Croissant Fertile de langue sémitique avait l’agriculture et l’alphabétisation bien avant que les marchands grecs aient emprunté l’alphabet sémitique de l’Aleph-Bet. Nous devons être d’accord avec l’AHD de John Huehnergard que «la famille des langues sémitiques a la plus longue histoire enregistrée que n’importe quel groupe linguistique.” Mais nous devons être intrigués par sa déclaration que «tous les mots d’origine sémitique en anglais sont des emprunts.”

Il est compatible avec la science de supposer que la racine indo-européenne pour le champ, agro-, a des racines antérieures dans le sémitique AKR, l’agriculture. Et il n’est pas scientifique de supposer que TERRE ou EARTH en anglais et le sémitique AReTS (sol, la terre) ou BERRY et PeRY sémitique (fruit), ou REGULIER et le sémitique RaGeeYL (régulier) et des milliers d’autres mots partagent le son et le sens par simple coïncidence.
L’AHD doit ouvertement déclarer s’ils acceptent vraiment la pensée du 19ème siècle que les races ont évolué séparément, et que les similitudes de vocabulaire non emprunté n’est que pure coïncidence. Plus probablement, ils vont accepter certaines racines historiques sémitiques comme suppléments à leur signature, des racines indo-européennes reconstruites quand ils voient une preuve suffisante de la qualité et la quantité. Laissez l’AHD commencer prudemment par l’expansion des emprunts connus.

Bien sûr, AMEN (accord dans la foi) est un emprunt de la liturgie hébraïque. Mais l’anglais AMENABLE est aussi tout au sujet d’être accord, et l’AHD nous propose seulement en tant que sources la racine hypothétique men-2 (to project | se projeter) et  des mots européens de menace. JUBILÉ, bien sûr, est un hébraïsme. L’année du Jubilé était forte et joyeusement claironnée par le YoaBHaiL (la corne). Donc, l’étymologie de JUBILANT pourrait commencer, non pas finir, avec une source latine.
L’étymologie de GIRAFFE prend fin avec le sémitique, mais l’arabe zirafa ne nous mène pas au son ou le sens de GIRAFFE. Hébreu GHoaReF (cou, nuque) le fait. L’origine des Hébreux dans l’Age du Bronze n’empêche pas la langue d’être un réservoir de racines proto-sémitiques. (Tout comme le lithuanien préserve le mieux des anciens mots indo-européens.) En outre, les langues sémitiques anciennes apparemment sont rassemblées à partir d’artefacts avec difficulté, avec des opinions différentes quant à ce qui ressemble une lettre ou ce qu’un mot  signifie. Même si un étymologiste ou savant sémitique n’aime pas le contenu de la Bible hébraïque, il n’existe pas de littérature plus vaste ou mieux étudiées dans l’antiquité.
Quelques noms d’animaux semblent être le mieux tracés à l’hébreu, par exemple, le cheval en anglais HORSE peut dériver de [K]HOAReSH (celui qui passe la charrue). Des essais sur des noms d’animaux et bien plus encore se trouvent dans www.edenics.net
La bible était le seul livre pour la plupart des étatsuniens, mais il est devenu un livre fermé pour les lexicographes. Un exemple parmi des dizaines des emprunts perdus implique OGRE, le géant mortel dont le profil a été adouci par Shrek, et dont le suffixe re- est de l’écrivain français qui a mis l’OGRE dans la littérature. Après Goliath, le géant biblique le plus célèbre est Og, roi de Basan.

L’AHD, comme d’autres dictionnaires, n’a pas la source grecque de SAC ou SACK en anglais comme un emprunt à partir du sémitique. Mais ils veulent nous faire croire la fable improbable que les Grecs et les Romains ont propagé ce mot sac dans tout le  monde indo-européen (à partir de l’Irlande jusqu’en Perse). Le mot SAC/SACK est un mot quasi-universel, avec des variantes dans toute l’Asie et le Nouveau Monde. Personne n’a emporté des mots dans les tribus isolées de la jungle amazonienne que seulement ont été découverts dans le 20 ème siècle. Personne n’a eu à emprunter d’autres mots universels, comme MA et PA, qui font écho du sémitique EM et AhBH, se lisent de droite à gauche.

Au-delà des emprunts, le mot anglais LAD est un mot significatif à discuter parce que le dictionnaire anglais d’Oxford l’a appelé «d’origine inconnue». Il y a des si
ècles Noah Webster a cité la racine “Shemitique” LD de l’accouchement, comme l’arabe walid (garçon) ou l’hébreu YeLeD (garçon). Il y avait un retour furieux au Kulturkampf du Sièclede la raison, une réaction contre l’hébraïsme des puritains de la Nouvelle-Angleterre qui ont été promus et guidés par les écoles de la divinité de Harvard et Yale. Nous avons eu le temps de nous calmer, et d’être objectifs. L’étymologie ne devrait plus être un ballon de football culturel. Après tout, l’étymologie  de l’ÉTIMOLOGIE grecque, est etumos vérité. Laissez le temps et la recherche objective déterminer si la vérité de la langue grecque est une confusion psycholinguistique de la sémitique EMT (la vérité). Si aucun dictionnaire ne peut nous conduire à une vérité plus profonde, cela devrait être l’AHD avec son respect intrépide vers les racines sémitiques.

Cette critique est trop courte pour suggérer plus là où les lecteurs et l’AHD peuvent trouver de nouvelles données qui modifient les vielles théories. L’AHD retrace désormais DIRECTION vers la théorique racine indo-européenne reg (droite). Les chinois, les japonais, les Mongols et les Thaïlandais n’ont pas eu leur mot dental-liquide-guttural (faits avec la langue et la gorge) “DiReCtion” de cette « racine » fabriquée. Il doit y avoir certaines racines anciennes, à du temps où l’humanité vivait dans un «Eden». “DIRECTION” est l’un des tableaux de couleurs codées dans www.edenics.org, la recherche est en train de trouver beaucoup plus des mots quasi universaux que SAC/SACK, PA et MA.
Si un professionnel de la langue est curieux pour voir les données que son professeur ne pouvait pas imaginer, mais il préfère éviter nos téléchargements peu coûteux, il/elle recevra tout gratuitement en m’adressant un courriel à mozeson@yahoo.com.

Même si l’AHD enquête, et se réchauffe éventuellement avec la théorie de la monogenèse de la langue, ils peuvent prendre le point de vue pessimiste de nombreux chercheurs que seulement quelques mots de la préhistoire Proto-Terre peuvent maintenant être trouvés. Mais si une VI édition de l’AHD citerait quelques centaines de racines sémitiques sûres comme «liés» ou tout au moins “comparables”, ce serait une avance à célébrer. Le dictionnaire qui surfe sur la nouvelle vague de l’Ordre Nouveau des Mots survivra et prospérera dans l’ère de l’information.

Les racines indo-européennes de l’AHD peuvent être purement basés sur la spéculation, mais le travail de reconstruction est très utile et si précis que très souvent ce n’est qu’un léger déplacement de lettre qui s’éloigne des racines sémitiques que les mots anglais, etc. peuvent avoir finalement être sortis.

Voici une douzaine d’exemples, à partir des racines de trois consonnes les plus rares:
Racine IE signification du mot dérivé sémitique (hébreu) ??????sens
déplace impliqués

Racine IE Signification Mot dérivé Sémitique (hébreu) Signification Changement impliqué
bhreus-3 to break | casser bruise | blue, ecchymose P-R-TS to burst, break | éclater, rompre changement bilabiale B/P
bursa hide, wineskin | peau, gourde purse (origine inconnue) | sac à main, bourse BSR peau, chair métathèse
dhreibh to push | pousser drive | pousser D-R-BH spur, goat | éperon, chèvre  
drem to sleep | dormir dormant RDM to sleep | dormir métathèse
gerbh to scratch | gratter carve, graph | tailler, graphique GLV to shave, scrape | se raser, racler changement liquide L/R
kreus to begin to freeze | commencer à geler crust | croûte, écorce Q-R-SH to congeal | geler  
spere ankle | cheville spur | éperon PRS hoof | sabot métathèse
spreg to speak | parler speech | parole SPH speech | parole changement gutturale G/H (r ajouté)
spek to observe | observer spectacle | spectacle SH-Q-PH to look over | regarder dans métathèse
ters to dry | secher terrarium, territory | territoire ARETS earth, land | terre métathèse
trep-2 to turn | tourner tropic | tropique TRF mix, confuse | mélanger, confondre changement bilabiale P/F
wlkwo wolf | loup wolf, loup KLEV canine | chien en sens inverse en anglais

Comme c’est beau et facile d’utiliser un livre tel que l’AHD, je ne vois pas trop de leceurs non-numériques en 2025. J’étais à l’univ
ersité quand John Lennon était encore vivant, mais même une vieille baderne comme moi utilise des dictionnaires en ligne. Si je veux des photos de personnalités, l’une des caractéristiques hors concours de l’AHD, je vais aux images de Google. Si je veux une définition de Jérusalem qui comprend un clin d’œil de la résistance palestinienne, je vais aller directement sur le site d’Al Jazeera. Surtout, les fiers propriétaires de l’AHD en version papier reçoivent un code de mot de passe pour l’AHD numérique, avec une application téléchargeable gratuitement pour cinq appareils mobiles différents.

Le nombre croissant de lecteurs qui veulent une racine sémitique pour un mot indo-européen, par exemple LBN (blanc) pour ALBINO, sont plus susceptibles d’aller à notre E-Word Digital Dictionary (1200 pages). L’AHD est un magnifique ouvrage de référence, un mini-Google défiant pour le monde numérique, mais il est encore sémitiquement défiant par l’étymologie.

Pourque l’AHD6 puisse exister et avoir du succès, les éditeurs devraient penser d’une façon qui appartient au 21ème siècle (globalement), plutôt que d’une façon appartenant au 18ème (eurocentrique). Ils devrait englober les éléments de preuve indéniable pour une Proto-Terre, et publier des réelles racines sémitiques aux côtés des racines imaginaires de l’IE – au moins les références croisées de ces 10-20,000 cas où la racine sémitique fournit un meilleur son et une correspondance qui a du sens. Avec des pas prudents, mais courageux vers des résultats contemporains, l’AHD peut battre ses rivaux et devenir ainsi l’unique meilleur dictionnaire anglais… peut-être même en continuant d’exister en tant qu’argot digital.

Fernando Aedo
—————————-
Blog (Sp. Fr. Eng.)
Discover The Edenic language

Descubra la lengua Edénica

Découvrez la langue Edénique

   

Advertisements

3 thoughts on “Révision de l’American Heritage Dictionary, 5ème édition | Review of The American Heritage Dictionary, 5th ed.

  1. Pingback: Artículos de la bitácora /// Les Articles du blog /// Posts from the blog | EL Origen del habla | L'origine de la langue

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s